Actus Procédures réglementaires : les entreprises françaises peuvent mieux faire

Procédures réglementaires : les entreprises françaises peuvent mieux faire

douanesC’est ce que révèlent les résultats de l’enquête menée par l’éditeur américain de solutions de gestion du commerce international Amber Road qui a interrogé 123 Pme et grands groupes français issus de tous les secteurs. Seules un tiers des entreprises sondées sont certifiées Opérateur Economique Agréé (OEA) alors que depuis l’entrée en vigueur du Code douanier de l’Union le 1er mai dernier, ce statut revêt une importance considérable. Autre constat : dans 72% des cas, c’est le service logistique qui gère les questions relatives à la conformité douanière, « or les questions douanières sont transversales et impliquent également d’autres services tels que les achats et ventes qui ont la charge de vérifier l’origine des produits et leur commercialisation à l’aide de plusieurs listes, dont les listes de sanctions et d’embargos » commente Nicolas Ethevin, consultant chez Amber Road. Au niveau du management des entreprises, l’étude montre que près de 49% des dirigeants se disent conscients et impliqués dans la gestion de la conformité.

L’enquête souligne que les accords de libre-échange (il en existe plus de 600 !) sont jugés trop complexes par les entreprises interrogées, lesquelles payent entre 100 000 et 500 000 euros de droits de douane selon l’étude. « Ces accords de libre-échange offrent aux entreprises la possibilité de bénéficier d’allégements tarifaires. Mais, il est vrai que les démarches peuvent être longues et fastidieuses surtout si elles ne sont pas automatisées », commente Nicolas Ethevenin. En effet, 60% des sociétés réalisent leur démarche manuellement, seules 30% utilisent un logiciel.

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.