Afrique Cédéao : Jean-Claude Brou nommé à la présidence de la commission

Cédéao : Jean-Claude Brou nommé à la présidence de la commission

C’est la Cote d’Ivoire en la personne de son ministre du Commerce et des Mines qui a raflé la mise pour la présidence de la commission de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest.

Haut fonctionnaire de l’Etat ivoirien, homme discret, mais efficace, Jean Claude Brou, 64 ans, succède au Béninois Marcel de Souza dans un contexte particulièrement riche en actualité pour les Etats d’Afrique de l’Ouest.

C’est plutôt une surprise que de Voir la Côte d’Ivoire succéder au Bénin, car la succession devait revenir au Cap-Vert, mais à la fois le CV de Jean Claude Brou et le fait que le Cap-Vert n’était pas à jour de cotisation ont fait pencher la balance.

Jean Claude Brou a un doctorat de l’Université de Cincinnati aux Etats Unis et a fait une partie de sa carrière dans les grandes institutions, au FMI, à la Banque Mondiale et à la Banque Centrale d’Afrique de l’Ouest. Il est un proche du Vice Président de la Cote d’Ivoire Daniel Kablan Duncan dont il a été Directeur de Cabinet quand celui-ci était 1er ministre. Engagé en Politique au côté d’Alassan Ouatara il est devenu ministre de l’Industrie puis des Mines de la Côte d’Ivoire.

Les enjeux de sa mandature seront importants, ont la fois du côté sécuritaire, mais aussi de préparation d’une monnaie unique dont on parle de plus en plus, mais qui demande une convergence des économies plus forte.

Les états d’Afrique de l’Ouest vont renouer avec une croissance forte en 2018 qu’on estime devoir être de près de 3%, alors que le Nigéria qui pèse 70% de l’économie de la zone n’est pas encore sorti de la crise. C’est donc un contexte positif pour entamer des réformes et consolider l’institution.

Jean Claude Brou aura également à traiter l’adhésion du Maroc et de la Tunisie à la CEDEAO. La décision qui devait être prise avant la succession a été repoussée pour analyse. Il est probable que cela reporte au minimum de 2 ans l’examen de l’entrée du Maroc qui ne semble pas être du goût des Nigérians. Ce report est un revers pour le Roi du Maroc qui a fait de l’Afrique une des priorités de son règne.

D’ores et déjà le traité douanier a été adopté entre les différents Etats ce qui va permettre une uniformisation des législations et à terme des pratiques sur la zone.

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.