Actus Rencontres Africa 2017 : Edouard Philippe plaide pour le réalisme économique

Rencontres Africa 2017 : Edouard Philippe plaide pour le réalisme économique

Edouard Philippe, 1er ministre français

Les rencontres Africa se sont déroulées à Abidian Tunis et Nairobi du 1er au 5 octobre dernier C’est à l’étape de Tunis, lors de l’inauguration qu’Edouard Philippe, le 1er ministre français a plaidé pour une « nouvelle Afrique ».

«Les rencontres Africa 2017 ont une «valeur d’exemple, un bel exemple de vision d’ensemble de l’Afrique » a affirmé Edouard Philippe dans son discours introductif le 5 octobre dernier. C’est à l’Hotel El Mouradi dans la banlieue de Tunis, près des plages de Gamarth que 3 Premiers ministres se sont donnés rendez-vous pour symboliser la nouvelle Afrique qu’ils appellent de leur voeux. Le 1er ministre français était reçu par le 1er ministre tunisien, Youssef Chahed, et ils avaient de concert invité le 1er ministre du Burkina Faso, Paul Kaba Thieba pour symboliser leurs voeux de trouver de nouvelles voies de coopération économique.
Dans la salle où se pressaient près de 1000 dirigeants d’entreprises dont 180 dirigeants français, ces rencontres ont posé le point d’orgue d’une tournée africaine qui a mobilisé plus de 4700 dirigeants et a connu un succès remarquable.

Si les Rencontres Africa ont connu un tel retentissement, c’est qu’elles se veulent en effet « une véritable coproduction entre la France et les pays africains  ». Cela explique que, si la première édition s’est tenue en 2016 à Paris, au Conseil Economique, Social et Environnemental, la deuxième édition, les Rencontres Africa 2017, se sont tenues à la fois à Abidjan, à Nairobi et à Tunis. Organisées sous le haut patronage du Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi que sous celui de l’Économie, co-pilotées par l’association AfricaFrance, elles ont été initiées et organisées par l’acteur privé qu’est Classe Export dans l’idée de rassembler tous les acteurs français et africains pour les faire mieux travailler ensemble.
Édouard Philippe a loué les acteurs d’une Afrique qui se construit. « Vous êtes, au fond, cette réalité, cette vision, cette réalité d’ensemble d’hommes et de femmes qui travaillent, construisent, bâtissent une nouvelle Afrique  », a-t-il déclamé dans un style lyrique, un véritable discours engagé, sur l’Afrique.
C’est cette nouvelle donne qui prévaut désormais dans les relations économiques entre l’Hexagone et ses partenaires du sud de la Méditerranée et de l’Afrique de l’Ouest.

Des défis identifiés et à relever

Le Premier ministre a identifié les nombreux défis que doivent affronter les pays africains et méditerranéens dans un environnement international troublé : «  Le défi sécuritaire qui nous endeuille tous, nous concerne aussi tous. Il nous rassemble face à un ennemi commun, le terrorisme. Les défis à relever sont nombreux : le défi démographique qui peut être une chance s’il est anticipé, s’il est maîtrisé, mais qui peut aussi se traduire par des déséquilibres, les défis liés aux mouvements migratoires, dont certains sont massifs, et aux risques de déstabilisation qui s’en suivent presque mécaniquement ».  Aux yeux d’Édouard Philippe, «  face à ces défis, la réponse est celle du développement économique. Ce n’est sans doute pas la seule. Mais elle est un préalable, un prérequis, car, sans

développement économique, sans croissance, sans emploi, sans débouché, il ne reste que l’exil, le déracinement  » a-t-il estimé.
Les Rencontres Africa ont bénéficié d’un engouement particulier et du soutien de nombreux acteurs de premier plan comme Business France, Bpifrance, le groupe Agence Française de développement (AFD), les Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF), les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) de France, les CCI françaises à l’international, le Conseil des investisseurs français
en Afrique (Cian), la Société Générale …

Chacun a apporté une contribution opérationnelle à la manifestation avec un programme de rencontres et conférences de tout premier plan  dans les domaines de l’aviation, de l’automobile, de l’économie numérique, des nouvelles technologies de la communication, de la santé, de la formation, du développement agricole, du développement durable et de la logistique.

Édouard Philippe a conclu son discours de façon très pragmatique pour une coopération économique équilibrée.«  Soyons efficaces, créons des emplois, créons de la richesse locale. Nous créerons un avenir. Nous créerons de l’espoir. Le lien entre le développement économique et la stabilité politique prend tout son sens en Tunisie, qui est une terre où la démocratie s’enracine. C’est pourquoi le choix de la Tunisie comme étape des Rencontres Africa 2017, s’imposait , car il n’y a pas de développement économique et social sans sécurité et sans stabilité. »

Contenu du dossier :

Lire le dossier :

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.