Actus La culture française de l’exportation en question ?

La culture française de l’exportation en question ?

Comment résorber un déficit commercial qui se creuse se demande Jean-Yves Le Drian, résolu à lancer des mesures à la rentrée. Sur ce sujet complexe et difficile, nous sommes nombreux à nous demander pourquoi un ministre des affaires étrangères n’est pas assisté par un secrétaire d’état au Commerce Extérieur s’il est vraiment question de susciter des vocations d’exportateurs et d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises.

Il faut de la simplicité et de l’efficacité, nous sommes bien d’accord sur la déclaration ministérielle. La situation est difficile car la croissance n’est pas au rendez-vous. Mais sur le terrain, nous constatons dans nos réseaux d’entreprises que le moral n’est pas en berne. Nous ne rencontrons que des chefs d’entreprises qui n’ont pas peur de se battre pour gagner.

Aujourd’hui, les Pme savent qu’il ne faut pas hésiter à bouger pour saisir les opportunités. Elles sont présentes et actives dans tous les salons à l’étranger et font des rencontres qui leur permettent de cibler leur vrai savoir-faire pour le mettre en application dès qu’un partenaire potentiel se présente. Elles se renseignent sur les besoins exprimés par les grands groupes qui manquent souvent d’une spécificité, justement celle qui leur permettra de se placer sur un marché. Les opportunités sont nombreuses. Quel que soit le secteur d’activité : de l’agroalimentaire à la construction, aux énergies renouvelables, quel que soit le pays ciblé, un chef d’entreprise digne de ce nom sait qu’il réussira par sa volonté, sa capacité à bien s’entourer, son savoir-faire pour recueillir et trier les informations, par le temps qu’il a investi pour digitaliser ses services. Il est conscient d’avoir un réel savoir-faire différenciant et le cultive. Il ne veut ni perdre son énergie ni travailler à perte. Il sait cultiver des réseaux, est ouvert aux rencontres. Ces chefs d’entreprises charismatiques, nous leur consacrerons un dossier dans le prochain numéro de septembre du magazine.

Ils insisteront sans nul doute sur l’importance des aides à l’export qui donnent l’élan et les possibilités d’action. Ils nous diront aussi qu’ils attendent des assouplissements et de la compréhension de la part des organismes publics, mais ils savent que leur réussite dépend avant tout de leur volonté et de l’animation de leurs équipes, leurs meilleurs moteurs. Alors courage à tous pour combiner les meilleurs moyens de réussir.

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.