Actus Les « leapfrogs » de la révolution digitale en Afrique

Les « leapfrogs » de la révolution digitale en Afrique

Propulsée par l’entrepreneuriat et l’innovation, l’Afrique connaît aujourd’hui une transformation  décisive qui va en s’accélérant. L’Afrique innove à grande vitesse avec des usages inédits et des solutions du quotidien totalement révolutionnaires favorisant l’accès à des savoirs, des idées et des innovations, c’est ce que Jean Michel HUET décrypte dan l’ouvrage qu’il vient de réaliser à l’initiative du CIAN, le Conseil français des investisseurs. Le digital n’est pas né en Afrique mais un digital africain spécifique se développe, tenant compte des spécificités locales et donnant la place à des initiatives propres au continent. Forte progression des réseaux mobiles, déploiement du haut débit, permettant l’émergence d’une multitude de start-up qui mettent en place des solutions totalement révolutionnaires.

Véritable laboratoire digital, l’Afrique met en place des modèles qui consolident son développement et sa transformation. Jean Michel Huet présente les cinq grandes avancées digitales qui permettront à l’Afrique de sauter des étapes et d’être en passe de très rapidement devancer les autres continents ! C’est ce qui est désigné  sous le nom « leapfrogs », ces sauts numériques qui touchent tous les pans de l’économie africaine. Imaginons seulement que le taux de pénétration de la téléphonie  était inférieur à 3% à la fin des années 1990. Aujourd’hui le continent compte 850 millions d’abonnés à la téléphonie mobile !

La connectivité assurée par la téléphonie permet de pallier les insuffisances des réseaux physiques et des infrastructures pour donner accès aux services du quotidien jusqu’alors inaccessibles. C’est le cas par exemple des plateformes de santé pour diagnostiquer un patient à distance, et du e-learning pour les étudiants connectés, mais l’exemple le plus marquant concerne les services financiers : transfert, paiement, microcrédit, micro-épargne, pour  lesquels l’Afrique est le premier marché mondial avec 53% des offre commercialisées, 146 millions de comptes créés (contre 76,9 millions de comptes crées en Asie du Sud). C’est également en Afrique que se développent des sites spécifiques de vente en ligne, des applications destinées aux agriculteurs pour diffuser les bulletins méteo qui leur permettront de prévoir ce qu’ils doivent mettre en place sur leurs exploitations.

Bref toutes ces solutions développées à l’infini, vont combattre ce qui constituait un goulot d’étranglement qui empêchait l’accès à l’information, à un marché ou à un service.

Cet ouvrage lance le début d’une nouvelle collection des Cahiers du CIAN pour aider à mieux comprendre une Afrique qui n’a pas fini de nous étonner et de nous devancer.

Advertisement

Abonné Magazine

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.